DAVID, Jacques-Louis

Collection : Pensionnaires de l'Académie de France à Rome - Voir les autres notices de cette collection
Auteur : Henri-Lucien Doucet
Notice créée le 30/08/2016

Identité

Nom de Famille : DAVID
Prénom : Jacques-Louis
Date de naissance : 30 août 1748
Lieu de naissance : Paris (paroisse de Saint-Germain l’Auxerrois)
Date de décès : 29 décembre 1825
Lieu de décès : Bruxelles (Belgique)
Genre : M

Famille

Père : Louis-Maurice (1726-1757), marchand-mercier
Mère : Marie-Geneviève Buron, sœur de François Buron, architecte, qui devient le tuteur de David à la mort de son père.
Famille :

Grand-père paternel : Louis David, marchand-mercier marié à Madeleine Touzé.
Grand-père maternel : Jacques Buron, marié à Jeanne-Marguerite Lemesle, cousine germaine de François Boucher.
Un autre oncle, Jacques-François des Maisons, est également architecte. 
Louis-David épouse le 16 mai 1782 Marguerite-Charlotte Pécoul, fille d’un entrepreneur des Bâtiments du roi. Ils ont 4 enfants. Ils divorcent le 26 ventôse an II (16 mars 1794) et se remarient le 22 brumaire an IV (12 novembre 1796).

 
 

Etudes

Discipline : PEINTURE
Lieu d'études : Académie royale de peinture et de sculpture en 1764. 1769, Prix de quartier (3M)
École royale des élèves protégés  1774-1775 (dernier grand prix de peinture passé par l’EREP).  
Brevet du 31 août 1775.
Maître : Joseph-Marie Vien, Jean Bardin

Carrière

Carrière :

Agréé le 24 août 1781. Académicien (23 août 1783, morceau de réception La Douleur et les regrets d’Andromaque sur le corps d’Hector, son époux). Logé au Louvre. 
 Il retourne à Rome en 1784. Un atelier est mis à sa disposition par l’Académie de Saint-Luc. Il peint le Serment des Horaces qui est expédié à Paris le 20 août 1785.Franc-maçon de la loge de la Modération (1787).

Pendant et après la Révolution :

Il crée avec Jean-Bernard Restout «La Commune des Arts qui ont le dessin pour base» le 27 septembre 1790.  Il commence Le Serment du Jeu de paume. Membre du club des Jacobins en 1790, élu 20e député de Paris à la Convention le 17 septembre1792. Il obtient la suppression des Académies le 8 août 1793. La même année, il peint Marat assassiné. Il est élu Président de la Convention nationale le 5 janvier 1794. Incarcéré le 15 thermidor 1794 (2 août) puis libéré le 4 août 1795 et amnistié le 26 octobre. Le 20 novembre 1795, il fait partie des 48 premiers membres de l’Institut qui doivent élire les 96 restants. Il est nommé avec Van Spaendonck  pour la section peinture de la Classe des Beaux-Arts. En 1800, il peint Bonaparte franchissant le Saint-Bernard. Il est nommé Premier peintre de l’Empereur Napoléon le 18 décembre 1804. 

 
 
Salons, expositions : Salons de 1781, 1783, 1785, 1787, 1789, 1791, 1793, 1795, 1796, 1798, 1799, 1800, 1808, 1810.
2) Diderot, salon de 1781 (63)
Oeuvres représentatives : Le Sacre de Napoléon présenté au Salon de 1808 (Prix du meilleur tableau national) et Les Sabines.
Enseignement : A partir de 1782, David ouvre un atelier d’où sortiront près de 400 élèves dont, notamment, François-Xavier Fabre, Anne-Louis Girodet, Jean-Germain Drouais, Ingres, etc. Adjoint à professeur (1792).
Distinctions :

Nommé par l’arrêté du 20 novembre 1795 membre de l’Institut (Classe de Littérature et des  Beaux-arts au fauteuil  I-section peinture). Nommé par l’arrêté du 25 janvier 1803, membre de la Classe des Beaux-arts. Banni de France le 12 janvier 1816. Exilé à Bruxelles. Exclu de l’Institut par l’ordonnance royale du 21 mars 1816.
Chevalier de la Légion d’honneur le 18 décembre 1803. Officier en 1808.Commandeur en 1815.  Rayé puis réintégré dans l’ordre de la  Légion d’honneur le 22 novembre 1830.

Bibliographie :

PV. VIII, 145. Corr. XIII, 143 n. Jal (notice, 474-479). Sanchez, 449-452. 
«Les peintres du Roi 1648-1793» Catalogue Tours 2000 (R 373).
Le Comte de Franqueville, Le premier siècle de l’Institut de France, 23 octobre 1795-24 octobre 1895; Paris : Rotschild, 1895-1896.
David, «Discours du citoyen David, député du département de Paris, sur la nécessité de supprimer les académies», séance du 8 août 1793, dans  Pièces diverses sur David, membre de la Convention pour le département de Paris, peintre de l’empereur. Collection historique de M. Ch. Renard, Caen (s.n.), 1854.
Delécluze, E. J., Louis DAVID son école et son temps, souvenirs par.., Éd. originale, 1855. Paris, Éd. Macula, 1983. 
Wildenstein, D., Documents complémentaires au catalogue des œuvres de L. DAVID, Fondation Wildenstein, Paris, La bibliothèque des arts, 1973. 
De DAVID à DELACROIX, la peinture française de 1774 à 1830, Catalogue de l’exposition, Grand Palais, 16 novembre 1974- 3 février 1975. Paris, Éd. Réunion des Musées nationaux. Boime, A., «Les thèmes du Serment : David et la franc-maçonnerie» in, David contre David tome I,  Paris, La Documentation française, 1993. 
Crow, Th., L’atelier de David. Émulation et Révolution, Paris, Éd.Gallimard, 1995. 
Schnapper, A.,Serullaz, A., Jacques-Louis DAVID, Catalogue Musée du Louvre, Éd.RMN, 1989.
Bordes, Ph., Le Serment du Jeu de paume de Jacques-Louis David, Paris, Éd. RMN, 1983. Bordes, Philippe et Michel, Régis, Les Arts de la Révolution, 1789-1799, aux armes et aux arts, Paris, A. Biro, 1989.
L’Antiquité rêvée, innovations et résistances au XVIIIe siècle, ss. dir. G. Faroult, Ch. Léribault, G. Scherf. Paris, Musée du Louvre, 2 décembre 2010 - 14 février 2011.Gallimard, 2010.

 
Notes :

 

 

 

Situation géographique

Géolocalisation

Informations sur la fiche biographique

Auteur de la fiche : Annie Verger
Droits sur l'image : Villa Médicis