DESHAYS DE COLLEVILLE, Jean-Baptiste

Collection : Pensionnaires de l'Académie de France à Rome - Voir les autres notices de cette collection Notice créée le 05/09/2016

Identité

Nom de Famille :

DESHAYS DE COLLEVILLEou Deshaies.

Prénom : Jean-Baptiste-Henri
Date de naissance : 27 novembre 1729
Lieu de naissance : Rouen (Seine Maritime)
Date de décès : 10 février 1765
Lieu de décès : Paris
Genre : M

Famille

Père : Jean-Dominique Deshays (1700-1767), peintre,
Mère : marié le 28 août 1726 à Marguerite Leconte, veuve d’un pâtissier, Nicolas Colletet.
Famille : Ils ont trois enfants, Jean-Baptiste, l’aîné, Louise née en 1731 et Bruno né en 1732.
Jean-Baptiste épouse Jeanne-Élisabeth-Victoire, fille aînée de François Boucher le 8 avril 1758. Il est le beau-frère de Juste-Nathan Boucher, pensionnaire à Rome de 1764 à 1767.

Etudes

Discipline : PEINTURE
Lieu d'études : Académie royale de peinture et de sculpture.
Prix de quartier : 1745 (3M), 1746 (1M).
École royale des élèves protégés, 17 octobre 1751-22 septembre 1754. Brevet du 2 septembre 1754.
Maître : Jean Restou II, Carle Van Loo, François Boucher.

Carrière

Carrière :

Agréé le 30 septembre 1758. Académicien (26 mai 1759, morceau de réception :  Hector exposé sur les rives du Scamandre, après avoir été tué par Achille et traîné par son char. Vénus préserve son corps de la corruption). Il succède à François Boucher à  la Manufacture de Beauvais.  

 
Salons, expositions :

1759, 1761, 1763, 17653. Il meurt à 35 ans.

 
Enseignement : Professeur-adjoint (5 juillet 1760). Atelier au Louvre (deux de ses élèves obtiendront le grand Prix de l’Académie, Jean-Baptiste Alizard et François-Guillaume Ménageot).
Bibliographie :

PV. VI,  267. Corr. XI, 32. Jal (notice, 486-87). Sanchez, 515-518.
Sandoz, M., «J. B. Deshays, peintre d’histoire (1729-1765)», dans BSHAF, année 1958, 1959, 7-21. 
«Les peintres du Roi 1648-1793» Catalogue Tours 2000 (R 316).
Bancel, André, «Les études à l’Académie de France à Rome», maîtrise, Paris IV, 1997.
Bancel, André, Jean-Baptiste Deshays, 1729-1765, Paris, Arthéna, 2008.

 
Notes :

1) ou Deshaies.Les recherches récentes d’André Bancel n’ont pas pu résoudre l’énigme de «Colleville» ajouté au patronyme. Cependant, nous conservons le nom complet parce qu’il est ainsi enregistré par Jules Guiffrey et Henri Lapauze. 
2) André Bancel soulève un autre problème. Alors que Jules Guiffrey a dressé la liste, année par année, des sujets de peinture, de sculpture et d’architecture, assortie de celle des lauréats, l’auteur de la monographie donne comme sujet du grand prix de peinture obtenu par Deshays celui de la sculpture «La guérison miraculeuse de Tobie» arguant du fait que les candidats pouvaient choisir entre les 2 (notes 61, 64 et 66 p.22). Il cite pour étayer sa thèse un certificat de Lépicié qui  inscrit le sujet de sculpture pour Deshays. Cependant, comme le tableau n’a pas été retrouvé, l’interversion des sujets ne peut être prouvée avec certitude.
3) Diderot, 1759 (100), 1761 (122), 1763 (183), 1765 (282), 1767 (288), 1769 (445), 1771 (518).

 

Situation géographique

Géolocalisation