GARNIER, Tony

Collection : Pensionnaires de l'Académie de France à Rome - Voir les autres notices de cette collection
Auteur : Anonyme
Notice créée le 23/09/2016

Identité

Nom de Famille : GARNIER
Prénom : Tony
Date de naissance : 13 août 1869
Lieu de naissance : Lyon (Rhône)
Date de décès : 19 janvier 1948
Lieu de décès : La Bédoule (Bouches-du-Rhône)
Genre : M

Famille

Père : Pierre, dessinateur en soieries
Mère : Anne Ebrard

Etudes

Discipline : ARCHITECTURE
Lieu d'études : École technique La Martinière, Lyon, 1883-1886.
École des beaux-arts de Lyon. Atelier Antonin Louvier, 1886-1890.
École nationale des beaux-arts de Paris, 1890.
Maître : Paul Blondel, Georges Scellier de Gisors, Julien Guadet.

Carrière

Carrière :

D.P.L.G. 1899. SADG 1900. Il ouvre son agence à Lyon en 1904. Architecte de la ville de Lyon de 1905 à 1919. Membre de la Commission du Plan, 1912. Architecte en chef de l’Exposition internationale de Lyon, en 1914, consacrée à l’organisation d’une ville moderne. Président de la section d’architecture à l’Exposition Arts-déco de 1925 (il construit le Pavillon de Lyon-Saint-Étienne). Membre du Conseil supérieur de l’Ordre des architectes. Société académique d’architecture de Lyon.  Architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux. Chargé des travaux des hospices civils de Lyon, Bourg, Reims, Voiron. 
Il fait partie du Comité de rédaction de la revue La Construction moderne,  et du Comité de patronage de la revue l’Architecture d’Aujourd’hui.

 
Salons, expositions : Salon des artistes français, 1896, 1897, 1899, 1909. Expositions : Paris au Jeu de Paume en 1916, au musée des arts décoratifs de Paris en 1925, à New-York en 1926.
Oeuvres représentatives : la Cité industrielle (1901) exposée à Paris en 1904
Enseignement : Professeur de construction à l’École d’architecture de Lyon en 1906 (Dès la création de l’école). Chef d’atelier de 1913 à 1936.
Distinctions : Médaille de troisième classe en 1897. Grande médaille de la Société centrale des architectes en 1909. Médaille de première classe au salon de 1909.Académie des beaux-arts : membre correspondant élu en 1929. Membre du Royal Institute of British architects. Académie d’architecture d’URSS. Docteur Honoris Causa, Université de Princetown.
Bibliographie :

État-Civil  de Lyon. Archives IFA 302AA  015 Ifa.  SADG. AJ 52 393.
Benevolo, Leonardo, Histoire de l’architecture moderne. 2. Avant-garde et mouvement moderne (1890-1930).Paris, Éd. Dunod, 1979, p.86-98.
Piessat, Louis, Tony Garnier, Presses Universitaires de Lyon 1988. 
Julian, René, Tony Granier, constructeur et utopiste, Éd Ph. Sers, Paris, 1989.  
Martinon, Jean-Pierre, Éducations et carrières  d’architectes. Grands  prix de Rome, École d’architecture  de  Paris-Conflans, 1989.
Pinon, Pierre, Amprimoz, François-Xavier, Les envois de Rome (1778-1968). Architecture et archéologie. Collection de l’école française de Rome, 110, Palais Farnese, 1988.

Notes :

1) Leonardo Benevolo, l’auteur de Histoire de l’architecture moderne commet une erreur. Tony Garnier a le premier prix en 1899. Il présente son projet de Cité industrielle en 1901 alors qu’il est à la Villa Médicis mais comme «envoi», ce qui contrarie fortement les censeurs de l’Académie des Beaux-arts. Il fait donc un autre envoi, la Restauration de Tusculum qui répond mieux aux exigences de l’institution.Il ne renonce pas pour autant à son projet qu’il expose à Paris en 1904.

 

Situation géographique

Géolocalisation

Informations sur la fiche biographique

Auteur de la fiche : Annie Verger
Droits sur l'image : Villa Médicis