HOUDON, Jean-Antoine

Collection : Pensionnaires de l'Académie de France à Rome - Voir les autres notices de cette collection Notice créée le 09/10/2016

Identité

Nom de Famille : HOUDON
Prénom : Jean-Antoine
Date de naissance : 20 mars 1741
Lieu de naissance : Versailles (Yvelines)
Date de décès : 15 juillet 1828
Lieu de décès : Paris
Genre : M

Famille

Père :

Jacques, domestique chez M. de La Motte1, puis marchand de vin, puis portier de l’École royale des élèves protégés de 1748 à 1775.

 
Mère : Anne Rabache, fille d’un jardinier de Versailles (mariage le 5 février 1735)
 
Famille :

 Fratrie de 10 enfants. Jean-Antoine occupe le 5ème rang. Son frère aîné, Jacques-Philippe (1735-1817) remporte le 2ème prix d’architecture. Il est Garde-magasin des Menus plaisirs du roi à Paris.
   Jean-Antoine épouse  le 1er juillet 1786 Marie-Ange-Cécile Langlois, née à Amiens, fille d’un « employé dans les affaires du Roi ». Ils ont 3 filles, mariées respectivement avec 1) Henri Pineux-Duval, frère d’Amaury-Duval, 2) l’archéologue Désiré-Raoul Rochette et 3) le docteur Louyer-Villermé.

 

Etudes

Discipline : SCULPTURE
Lieu d'études : Académie royale de peinture et de sculpture.
Prix de quartier : 1756 (3M).
École royale des élèves protégés de 1761 à 1764. 
Brevet : 19 août 1764. 
 
Maître : Michel-Ange Slodtz, Jean-Baptiste Pigalle

Carrière

Carrière :

Agréé le 23 juillet 1769. Académicien (26 juillet 1777, morceau de réception : Morphée).  Il travaille à la Cour de Saxe-Gotha en 1771 et 1773. Parmi les œuvres de Houdon, citons les Bustes de Diderot (1771) de Molière, de Voltaire (1778), de Buffon pour Catherine II de Russie (1782) et de Larive dans le rôle de Brutus (1784).  Il est reçu dans la Loge maçonnique des Neuf Sœurs le 20 février 1779. Il part en Amérique le 28 juillet 1785 avec Benjamin Franklin. Les États de Virginie lui commandent   le buste  du général Washington, achevé en 1792 (marbre) ainsi que le buste du général La Fayette offert à la Ville de Paris. Logé au Louvre  22 novembre 1792. En 1801, il est relogé au Collège des Quatre-Nations. 

 
Salons, expositions :

Salons de 1771, 1773, 1775, 1777, 1779, 17813, 1783, 1785, 1787, 1789, 1791, 1793, 1795, 1796, 1800, 1801, 1802, 1804, 1806, 1808, 1812, 1814.

 
Oeuvres représentatives : Il réalise les bustes de Napoléon et de Joséphine en 1807-1808. ainsi que la statue de l’Empereur en bronze. 
Enseignement : Professeur-adjoint (1792). Professeur de l’école de peinture et de sculpture du 5 janvier 1805 à 1823. Professeur émérite en 1823.
Distinctions :

Élu le 20 novembre 1795, membre de l’Institut (Classe de Littérature et des Beaux-arts au  Fauteuil II -2ème section). Nommé par l’arrêté du 28 janvier 1803, membre de la Classe des Beaux-arts. Nommé par l’ordonnance royale du 21 mars 1816, membre de l’Académie des Beaux-arts. Chevalier de la légion d’honneur (18 décembre 1803). Chevalier de l’Empire (lettres patentes du 28 janvier 1809). 

 
Bibliographie :

PV. VII, 161. Corr. XII, 58. Jal (notice, 689). Lami, 2, 408-436. Sanchez, 841-848. 
A.C., Quatremère de Quincy, Recueil de notices historiques, Paris, Le Clère, 1834, p.308-334. 
Le Comte de Franqueville, Le premier siècle de l’Institut de France, 23 octobre 1795-24 octobre 1895 ; Paris : Rotschild, 1895-1896. 
Giacometti, G., La vie et l’œuvre de Houdon, Paris, A.Camoin, 1929.
Poulet, A.L., Scherf, (dir.), G., Houdon -1741-1828- sculpteur des Lumières, Catalogue de l’exposition au Musée national du château de Versailles, RMN, 2004. 
Scherf, G., Houdon -1741-1828- Statues, portraits sculptés…, Paris, Éd.Somogy, 2006. Chappey, Frédéric, « Les professeurs de l’École des Beaux-arts (1794-1873) » dans Romantisme, 1996, n°93, Arts et institutions, 95-101.
L’Antiquité rêvée, innovations et résistances au XVIIIe siècle, G. Faroult, Ch. Léribault, G. Scherf (dir.). Paris, Musée du Louvre, 2 décembre 2010 - 14 février 2011. Gallimard, 2010.

Notes :

1) Intendant et ordonnateur des Bâtiments du Roi à Versailles, contrôleur du grand parc.
2) Houdon et Mannlich étudient l’anatomie auprès du chirurgien Séguier qui enseigne alors à l’infirmerie de Saint-Louis-des-Français.
3) Diderot, salons de 1771 (542), 1781 (67).

 

Situation géographique

Géolocalisation