skip to Main Content
2016–2017 : Biennales du Sud

À partir des années 1950, la dictature franquiste trouve dans les arts un outil de politique extérieure fort utile, et pendant près de vingt ans, elle tente de contrôler l’avant-garde afin de l’utiliser dans son entreprise de réhabilitation de l’Espagne à l’international. Ainsi en Espagne l’art informel est interprété comme un produit national. Malgré ses liens directs avec le mouvement international de l’abstraction lyrique, l’art informe est alors perçu en Espagne comme une mouvance moderne qui se réapproprierait l’héritage de la tradition picturale espagnole du XVIIe siècle, à travers des valeurs et des icônes considérées comme représentatives de l’identité culturelle du pays (la spiritualité, la solennité, le réalisme et l’expressionnisme des maîtres de la peinture espagnole comme Velázquez, Zurbarán et Goya). Cette conception avait des connotations autarciques claires, car elle réinterprétait principalement les tendances modernes à l’aune du contexte espagnol. Cette auto-référence renforçait « l’hispanicité » de l’avant-garde informelle nouvellement créée et présentée à l’international, la positionnant davantage comme un produit national que comme une lingua franca partagée avec d’autres régions du monde.

 

 La consolidation de cette interprétation fut particulièrement importante entre 1957 et 1962, au moment de la première internationalisation de l’Art informel. Très conscients du potentiel de l’avant-garde pour les efforts diplomatiques du régime, les acteurs officiels (Gonzales Robles par exemple, commissaire de la participation espagnole aux Biennales de Venise et de São Paulo de 1957 à 1975) essayent alors de codifier et de consolider cette interprétation sur la scène internationale avec des expositions, des catalogues et des livres. En se promenant dans les ateliers d’artistes afin de constituer une sélection pour le(s) pavillon(s) espagnol(s), Robles choisit des participants qui pouvaient correspondre à la fois aux critères internationaux et au discours nationaliste établi depuis la fin de la Guerre civile. Dans un entretien, l’artiste Antonio Saura se souvint que le curateur lui avait demandé « des peintures très grandes, très dramatiques, très abstraites et très espagnoles. » Essentiellement en raison de la politique culturelle développée par son puissant curateur officiel, ce récit traditionaliste et autoréférentiel devint un outil théorique de légitimation du régime, point fort dans ses échanges diplomatiques et dans les présentations espagnoles des Biennales, à un moment délicat dans son processus de reconnaissance internationale.

Paula Barreiro-Lopez

Paula Barreiro-Lopez est spécialiste des modernités artistiques en Espagne et en Amérique latine depuis les années 1940. Auteure de deux livres sur l’abstraction et l’avant-garde espagnole sous le franquisme (La abstracción geométrica en España (1957-1969), Madrid, CSIC, 2009, et Arte normativo español. Procesos y principios para la creación de un movimiento, Madrid, CSIC, 2006), elle a également étudié les milieux de la critique d’art – très actifs lors des grandes expositions internationales comme les Biennales (à apparaître en 2016 : Avant-garde Art and Criticism in Francoist Spain, Liverpool University Press). Elle coordonne à l’univ. de Barcelone un programme d’histoire transatlantique de l’art entre Espagne et Amérique latine (publication en 2015 : Paula Barreiro López et Fabiola Martínez (eds), Modernidad y Vanguardia. Rutas de intercambio entre España y Latinoamérica, Madrid, Museo Reina Sofía ; voir http://modernidadesdescentralizadas.com/en/ ). Paula Barreiro-Lopez interviendra à l’ENS dans le cadre de son invitation par le LabEx TranferS, dans le cadre du projet Artl@s sur les Biennales.

Back To Top