skip to Main Content
2018-2019 : Les Femmes dans la mondialisation artistique

Sophie Taeuber-Arp, Nelly Van Doesburg, Jean Arp et Sonia Delaunay à Grasse, vers 1942. Fonds Delaunay, Bibl. Kandinsky.

Figures remarquables mais souvent décriées, et toujours oubliées dans le grand récit de la vie du « génie » qu’elles ont côtoyé, les veuves d’artistes jouent cependant un rôle fondamental dans l’histoire posthume des œuvres, en termes de visibilité, de réputation et de transmission. Fondée sur un pet

it groupe fortement identifié dans l’histoire de l’art et de son marché – les veuves d’artistes abstraits décédés avant ou pendant la Seconde Guerre mondiale – notre enquête nous a fait découvrir leurs archives, souvent inédites, dispersées et permis de comprendre leur rôle, sur le marché de l’art, dans l’élaboration des premières histoires de l’abstraction, mais aussi au moment de faire entrer ces œuvres au musée par des achats, des dons ou des legs.

 

Julie Verlaine est maîtresse de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Elle est spécialiste du marché de l’art, et des femmes galeristes à l’époque contemporaine.

Parmi ses publications: Daniel Templon, une histoire d’art contemporain, Paris, Flammarion, 2016, 413 p.; Femmes collectionneuses d’art et mécènes, de 1880 à nos jours, Paris, Hazan, 2014, 288 p.; Les Galeries d’art contemporain à Paris. Une histoire culturelle du marché de l’art, 1944-1970, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, 586 p.

Page personnelle sur le site du Centre d’Histoire sociale du XXe siècle.

Séance le jeudi 29 novembre 2018, en salle de l’IHMC, 45 Rue d’Ulm (escalier D, 3e étage),de 13h30 à 15h30.

Back To Top