skip to Main Content

Le lundi par quinzaine de 14h à 16h. Première séance : 28 septembre 2020.

Lieu : Salle de l’Institut d’Histoire moderne et contemporaine, ENS, 45 rue d’Ulm. Escalier D, 3e étage. Toutes les séances auront également lieu par visioconférence : inscription ici pour recevoir les liens des réunions et les mots de passe.

Séminaire organisé par Léa Saint-Raymond (ENS-PSL), en collaboration avec Béatrice Joyeux-Prunel (Unige) et Catherine Dossin (Purdue University). 

Dans le cadre du projet Artl@s, fondé en 2009 par Béatrice Joyeux-Prunel, ce séminaire annuel se donne pour ambition d’analyser les logiques de la mondialisation artistique et visuelle. Après exploré le monde arabe, les Biennales du Sud et l’Asie, il s’agira d’étudier les circulations artistiques en, depuis et vers l’Europe du Nord, à l’époque contemporaine, grâce à l’invitation de spécialistes – chercheurs et conservateurs de la Finnish National Gallery d’Helsinki et du Nationalmuseum de Stockholm.

Le séminaire aura lieu le lundi, par quinzaine, et fera alterner deux types de séances : les séances avec invités et les « Artl@s Lab » qui permettront aux étudiant.e.s de se familiariser avec la cartographie numérique en histoire et de l’art et avec la base du projet Artl@s, BasArt –une base de données numérique de catalogues de salons et d’expositions d’art vivant depuis la fin du 19e siècle, dotée d’une interface cartographique et statistique. Les séminaires s’inscrivent dans une activité plus générale de colloques internationaux et de publications, notamment via la revue Artl@s-Bulletin (revue multilingue à comité de lecture).

Le séminaire peut être validé dans le cadre des masters « Histoire transnationale » et « Humanités numériques » de PSL (ENC-ENS). Intégré dans les maquettes des Master Histoire transnationale Master ATP, il permet pour le DENS des validations de type “expérience de recherche collective”.

28 septembre 2020 : Memories of Defeat: the circulation of monuments in and beyond Europe (Nicholas Parkinson, Mads Øvlisen Postdoctoral Fellow, Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhagen)

This presentation addresses the challenge that nationalist memory politics has posed to European and American societies in modern history through a study of the global influence of Antonin Mercié’s Gloria Victis (c. 1873) on the practice of erecting monuments to defeat. Originally created as a monument to the loss of the Franco-Prussian War, Gloria Victis widely inspired the visual language of commemorating defeat at the turn-of-the-twentieth century, influencing monuments dedicated to events including Denmark’s Second Schleswig War, the US Civil War, the First Serbian Uprising, and the Second Boer War. Today, the symbolism of Gloria Victis has reemerged as a powerful symbol in Eastern Europe’s post-Soviet memory wars, especially within the propaganda of the populist Right. In 2006, future-PM Viktor Orbán of Hungary’s right-wing Fidesz party officiated the unveiling of Csömör’s monument to the international victims of Communism, Gloria Victis. This presentation therefore aims to trace the history of “Gloria Victis” symbols in public spaces as a means of better understanding the problem of nationalist pseudo-histories and Lost Cause narratives in public discourse today.

Nicholas Parkinson is a Novo Nordisk Mads Øvlisen Postdoctoral Fellow at the Ny Carlsberg Glyptotek in Copenhagen, Denmark, whose research examines the influence of politics and institutions on shaping art historical knowledge. His upcoming article “‘The Rayonnement of our Ideals’: French, German, and Nordic Painting in fin-de-siècle France,” will appear in the multi-author publication Mapping Impressionist Painting in Transnational Contexts (Emily Burns & Alice Price, eds) in 2021.

 Inscription

 

12 octobre 2020 : Artl@s Lab

Plus d’informations prochainement.

26 octobre 2020 : [Titre en attente] (Knut Ljøgodt, Kunsthall Svallbard, Longyearbyen)

Plus d’informations prochainement. Inscription

9 novembre 2020 : Savoir bien bâtir : les réseaux franco-suédois dans le milieu de la construction (XVIIe-XVIIIe siècle). (Linnéa R. Tilly, ENSA Paris la Villette)

Plus d’informations prochainement. Inscription

23 novembre 2020 : Circulation of artists between Stockholm and Paris around 1700 (Linda Hinners, Nationalmuseum, Stockholm)

Plus d’informations prochainement. Inscription

7 décembre 2020 : Développements et mutations de la réception critique des artistes suédois à Paris dans les années 1880 (Tanguy Le Roux, Sorbonne Université)

Inscription

Durant les années 1880, la réception critique des artistes scandinaves en France évolue sensiblement, devenant plus positive, plus développée et plus élaborée. En s’intéressant plus particulièrement à la réception des artistes suédois, cette communication visera à souligner et commenter plusieurs aspects de ces évolutions en recourant à un large corpus de critiques extraites de journaux et revues contemporaines.

Tanguy Le Roux a débuté ses recherches avec un master consacré à l’étude de la section suédoise à l’exposition universelle de 1889 à partir des sources françaises et suédoises. Ces recherches se sont ensuite étendues à la décennies 1880 et aux artistes scandinaves et finlandais, avec toujours un intérêt plus particulier pour la réception critique des artistes issus de ces pays. Il est aujourd’hui assistant de conservation du patrimoine.

Publication :

LE ROUX Tanguy, « L’apparition de l’École du Nord. L’émergence des artistes scandinaves dans la critique d’art française dans les années 1880 », in Deshima, n° 12, 2018, p. 155-170.

18 janvier 2021 : [Titre en attente] (Carl Johan Olsson, Nationalmuseum, Stockholm)

Plus d’informations prochainement. Inscription

1er février 2021 : Artl@s Lab

Plus d’informations prochainement.

15 février 2021 : Patterns of Swedish artistic mobility in the early 20th century (Jessica Shöholm Skrubbe, Stockholm University)

Inscription

This paper presents preliminary results from an empirical study that investigated and documented transnational connections of c. 700 Swedish artist born between 1875 and 1895, i.e. artists whose professional careers coincided with what has been described as the modernist breakthrough in Swedish art. This quantitative study evidence the extent to which artistic life was permeated by travel and transnational exchange and reveals clear patterns of Swedish artistic mobility in the early 20thcentury, but also indicates different forms of and reasons for mobility (artistic training, professional appointments and collaborations, seasonal migration, voluntary exile, et cetera). The data collected documents travels to and/or exhibitions in nearly 60 different countries on all continents. Unsurprisingly, next to 70 percent of the artists travelled to, or through, Paris and/or France. However, transnational mobility within Europe was almost as strongly directed towards Denmark, Germany and Italy. Transcontinental mobility was particularly prominent in relation the US and North Africa.

Due to the strong focus in Swedish art historiography on Paris as a compulsory passage point for aspiring modern artists, these diverse travelling patterns—and thus presumably also professional networks and artistic practices—have been overlooked or reduced to marginal episodes of lesser interest, despite the fact that many artists travelled widely. Empirical research conducted with quantitative methods contradict the established history of Swedish modern art and call for critical revisions. Without questioning the importance of Paris as an artistic node, the paper reflects upon the discrepancy between dominant tropes in art history and the decidedly varied transnational connections of Swedish modern artists. It also address the possibilities and limitations with the quantitative research method as such.

1er mars 2021 : Artl@s Lab

Plus d’informations prochainement.

15 mars 2021 :[Titre en attente] (Marja Lahelma, University of Helsinki)

Plus d’informations prochainement. Inscription

29 mars 2021 : Artl@s Lab

Plus d’informations prochainement.

12 avril 2021 : « L’oeuvre ouverte ». Technologie et matérialité du tableau en Europe du Nord au XVIIe siècle : procédés, transferts et correspondances artistiques (Charlotte Nadelman, Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

Inscription

Le tableau intéresse tout autant l’histoire de l’art – il est un objet replacé et étudié dans son contexte d’origine et en rapport d’une production contemporaine ; la conservation, préservation et restauration des biens culturels – lieu d’appréciation technologique et de sauvegarde de l’objet ; enfin le champ de l’esthétique – cadre de réception philosophique. Il est également éminemment intéressant d’appréhender cet objet singulier à la lumière de l’anthropologie, à savoir – ce que les hommes ont dans la tête, ce à quoi ils pensent et ressentent lorsqu’ils agissent techniquement. Selon cette dernière définition, notre artefact devient un lieu de questionnement primordial : l’objet y fait sens à mesure du processus créatif qui l’a rendu possible, terrain favorable à l’enrichissement de nos connaissances à son sujet.

En guise de dialogue avec la thématique des circulations en Europe du nord portée par ce séminaire, et en cohérence avec les premiers déploiements engagés dans le cadre de ma thèse, Charlotte Nadelman a souhaité rendre compte à la manière d’un relevé scientifique, d’une série de caractéristiques technologiques propres à chacune des trois œuvres de mon corpus XVIIème. Cette enquête inclut une réflexion portant sur les différentes étapes de conception puis de création, en contextualisant chaque fois que cela sera possible l’œuvre dans ce qu’elle a choisi d’appeler son lieu et sa chaîne de production. De cette confrontation entre l’emploi de procédés artistiques singuliers d’une part, au gré des influences et rencontres tacites des artistes selon une géographie commune d’autre part, émergent les linéaments d’un art nourri d’interpénétrations culturelles.

Biographie : Doctorante sous la direction du Professeur Thierry Lalot en charge de l’unité de conservation restauration des biens culturels à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et de M. William Whitney, responsable du Master Histoire et Technologie de l’Art et de la Restauration, Charlotte Nadelman réfléchit dans le cadre de sa thèse à la formulation de modules pédagogiques pour un enseignement de l’histoire de l’art orienté autour de la matérialité et de cadres d’expérimentation, à l’appui d’un corpus de trois peintures émanant du XVIIe siècle hollandais et flamand. Elle s’intéresse par ailleurs à l’articulation didactique de discours théoriques fondamentaux d’histoire de l’art, afin de les rendre plus accessibles auprès des jeunes publics.

Depuis janvier 2020, Charlotte Nadelman est par ailleurs chargée d’enseignement contractuelle au sein de l’équipe pédagogique de Licence 3 du Centre d’art et d’archéologie Michelet de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, dans le cadre de cours portant sur le « Faire » et les savoir-faire artistiques et artisanaux. En parallèle de cette mission, elle est chargée de missions art et culture , et propose un accompagnement scientifique et opérationnel à des acteurs institutionnels et privés, dans le cadre du déploiement de leurs projets d’expositions, et projets culturels.

Juin 2020. Participation au Printemps de la Recherche en Éducation 2020 – Thématique : “Les arts et les savoirs fondamentaux : Enjeux de formation” organisé par le réseau des Instituts Nationaux Supérieurs du Professorat et de l’Éducation (INSPE) – présentation au format distanciel (vidéo). Poster sélectionné pour la phase finale : L’histoire de l’art au service de la ré-conciliation sensible de l’enfant : Enjeux et ressorts pédagogiques d’une approche expérimentale dès le premier cycle.

Février 2020. Participation à la séance inaugurale du séminaire doctoral de l’Atelier du CHAR 2020 –  “Saintes, tentatrices et sorcières : la femme et le mal” – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : L’enlèvement de Proserpine par Rembrandt van Rijn : La violence incarnée.

3 mai 2021 : Artl@s Lab

Plus d’informations prochainement.

17-18 mai 2021 : Colloque « Paris as key junction in the Swedish-Baltic Realm », Institut suédois.

Plus d’informations prochainement.

31 mai 2021 : Artl@s Lab

Plus d’informations prochainement.

14 juin 2021 : [Titre en attente] (Marta Edling and Annika Öhrner, Södertörn University, Stockholm)

Plus d’informations prochainement. Inscription

Back To Top